Accueil Evenements Clic à Oreille Halle Spada : Quel avenir ?

05

Mar

2008

Halle Spada : Quel avenir ?
Rencontres et Evenements Publics - Clic à Oreille
Le 29 février 2008 l'Entrepont, lieu de création spectacle vivant présenté son projet d'accompagnement de résidences de compagnies et d'artistes à la Halle Spada.


A cette occasion Patrick Allemand et Christian Estrosi (re) affirmaient leurs engagements de réhabiliter ce patrimoine industriel et placer les artistes et les associations au coeur de ce projet.

Document vidéo et compte rendu à l'appui.
Une excellente nouvelle que nous continuons à suivre très attentivement ...

















Interventions de Fazette Bordage, Patrick Allemand et Christian Estrosi :



Transcription écrite des interventions :
Fazette Bordage, chargée de mission « Nouveaux Territoires de l’Art » de l’Institut des villes

« Par rapport à ce projet et ce que je connais ici de cette histoire et ce que j’ai vu aujourd’hui, moi aussi je trouve cela formidable et je comprend exactement ce qui se passe ici et je vois que cette équipe là, elle a les moyens de pouvoir faire que dans tout ce projet de 10 000 m², il se passe vraiment un projet associatif multidisciplinaire qui à la fois donne sa chance à la création contemporaine ici à Nice, mais en lui donnant des liens forts parce qu’aujourd’hui il y a des réseaux de ces lieux en France, en Europe et à l’international et aussi un outil qui est ouvert sur son quartier et qui fait que cette création artistique aujourd’hui qui est tellement généreuse, elle devient aussi levier de créativité sociale et qui fait que des publics rencontrent l’art d’une façon qu’elle n’avait pas imaginé et ces vecteurs de créativité et j’ai envie de dire tout simplement d’humanité parce que quand je vois que dans ce quartier, j’ai fais le tour tout à l’heure, il y a rien, il y a beaucoup de gens, c’est dommage, il n’y a pas d’équipement culturel, artistique, pourtant il y a beaucoup de monde. »

Patrick Allemand, Vice président du Conseil régional et candidat PS à la mairie de Nice :

« Mon sentiment par rapport à ce projet, j’ai eu l’occasion de le voir depuis le début donc je l’ai vu mûrir, je dois vous dire que j’ai vécu très douloureusement l’expérience des Diables bleus, et la manière dont cela s’est terminé. Donc ce que je souhaite c’est que très rapidement on puisse mettre ici des bases solides qui empêche demain ce retour en arrière c’est ce que l’on a pas fait à st Jean d’Angély et ce que on doit savoir faire ici
Je crois que cela peut être un lieu intéressant pour les cultures alternatives à une condition, c’est que cela ne devienne pas un cul de sac, donc l’idée dans le projet d’ouvrir sur la rue de Roquebillière est pour moi fondamentale, s’il n’y a pas ça ce ne sera jamais un lieu de création et d’échange avec le public parce que l’accès ici est difficile et parce qu’il n’y pas de circulation.
L’échange avec le quartier c’est une réalité. Là, on n’est pas dans le virtuel dans les projets c’est une réalité ; moi je le vois avec le Hublot, parce que la Région a été partenaire depuis le départ, c’est la Région qui a fait la majorité de l’investissement. Et qu’est ce qui se passe avec le Hublot et bien d’abord c’est un formidable outil avec l’Espace Internet citoyen de lutte contre la fracture numérique et ça compte et deuxièmement c’est un lieu et c’est ça la grande surprise, intergénérationnel. On s’aperçoit qu’une fois qu’il y a quelqu’un qui s’occupe du développement, et bien les seniors il n’y a pas que la contrée l’après midi, il y a aussi un libre accès à Internet au multimédia et il y a énormément de seniors qui viennent l’après midi au Hublot et je crois que cela est une réussite extraordinaire sur un quartier où il n’y a pas grand-chose comme vous l’avez dit madame, vous en avez fait rapidement le constat.
Je crois à un lieu multi activité où l’on conserve le Hublot, mais fait autrement en mieux, où l’on conserve les trois compagnies fondatrices qui à mon avis peuvent s’ouvrir car si l’on arrive à aménager petit à petit ce lieu et bien inévitablement d’autres compagnies pourront venir, il y aura à la fois des résidents définitifs et des résidents temporaires. Ce lieu d’échange est fondamental. La Halle Spada, elle a un avenir dans la culture alternative, elle a un avenir aussi sur l’association des gens du quartier. »

Christian Estrosi, secrétaire d’Etat d’Outre mer, président du Conseil général des AM, candidat UMP à la mairie de nice

« Je suis très clair. On ne touche pas, et on regarde comment aménager les ateliers d’artistes, comment décloisonner, faire en sorte que ce soit un espace à la fois d’innovation, de formation, d’éducation, d’ouverture du regard vers les autres dans un monde où l’on a besoin de plus d’égalité des chances. C’est ici où vous avez donné et offert la chance à un certain nombre d’enfants et de jeunes de cette cité. Et je dis qu’à un moment, là où la collectivité ne sait pas faire, parce que ce que vous faites la collectivité ne sait pas le faire, on peut imaginer tous les grands services culturels du monde, on peut recruter les fonctionnaires ou les cadres les plus talentueux, si on ne sait pas s’appuyer sur ceux qui sont de vrais relais comme vous l’êtes, de vrais ambassadeurs dans le domaine des arts plastiques, du théâtre, de la création, de l’image, j’ai porté (…) le pôle de compétitivité mondiale ici à Nice sur l’image, sur le numérique, sur le son et que je pense que tout peut nous permettre ici de réussir cela et ce que vous faites ici peut être décloisonner avec l’Université de Nice parce qu’on peut avoir des échanges formidables entre le cinéma, le théâtre, l’art moderne et l’art contemporain tout ce que vous proposer ici. Vous pouvez imaginer que c’est un simple propos de candidat qui essaie de se rendre un peu démagogique, chacun sait ce que je suis, chacun sait d’où je viens et chacun sait ce que j’ai essayé d’imaginer à la tête de la collectivité qui est la mienne pour démocratiser la culture ; d’ailleurs un grand nombre d’associations qui sont ici sont aidées directement par ma collectivité vous le savez, alors peu importe là où je serai demain mais en tout cas si l’opportunité m’en ai offerte, j’en prend clairement l’engagement devant vous, cet Halle Spada restera un symbole de l’histoire de l’architecture de Nice avec toute la noblesse qu’elle représente et en même temps, je vous donnerai les moyens de réaliser vous-même votre projet parce que je pense que vous le réaliserez beaucoup mieux vous-même que si c’est la collectivité qui veut le faire à votre place et du fond du cœur je vous en remercie. »




Le projet des artistes et des associations : Voir le DOSSIER DE PRESSE CLIQUEZ ICI
La Halle Spada : Projet de réhabilitation d’un patrimoine industriel en espace de créations, d’actions et de diffusions culturelles
Nous inscrivons notre projet dans les perspectives des nouveaux territoires de l’art repérés par le Ministère de la culture : Friches culturelles et artistiques.

La superficie originale de la halle Spada en fait un ensemble architectural ouvert et particulièrement adapté à un projet de réhabilitation en centre de diffusions et de créations artistiques.

Nous proposons de maintenir cet espace central ouvert à la façon d’une place publique couverte laissant pénétrer la lumière et à l’abri des intempéries. Cet espace doit laisser une large place à la circulation du public et demeurer polyvalent (sans équipement fixe) afin de permettre la programmation de toutes sortes d'événements ponctuels tels que : évènements pluridisciplinaires, spectacles des arts de la rue et du cirque, expositions temporaires d’art contemporain, installations interactives multimédias.

Des espaces périphériques, multiples et spécialisés pourraient répondre aux besoins spécifiques de chaque discipline (création et diffusion) et au souci de proximité du public actuel, salles de spectacle, d’expositions, de cinémas, de concert, de fêtes, de réunions. Dans ces espaces périphériques, une programmation artistique permanente et multiple garantira l’animation de la Halle en proposant des concerts de musiques actuelles, des spectacles de théâtre et de danse, des projections vidéo et cinéma, des expositions d’art contemporain.

La diffusion des œuvres sera facilitée par la présence des artistes au sein des espaces de création mis à leur disposition, assurant ainsi le lien et la coordination entre création et diffusion.

Réhabilitation de la Halle Spada en lieu de création culturelle :

18 000 m2

A/ Halle centrale : 8000 m2

Espace de circulation et d’accueil public polyvalent : 2000 personnes

Programmation ponctuelle :

- Evènements pluridisciplinaires et culturels

- Expositions arts plastiques temporaires

- Installations multimédia temporaires

B/ Espaces périphériques : 10000 m2

Espace de créations : 6500 m2

- Ateliers d’artistes plasticiens 2500 m2

- Espace de création et de résidences arts du spectacle (EntrePont) : 2500 m2

- Studios multimédia : 250 m2

- Studios de répétition musique : 500 m2

- Studios de productions audiovisuelles : 250 m2

- Pépinières d’entreprises innovantes : 500 m2

Espaces de rencontre et d’actions culturelles : 1500 m2

- Bar et restaurant associatif : 100 places – 250 m2

- Salle de fêtes polyvalentes : 150 places - 250 m2

- Espaces de pratiques culturelles - 500 m2

- Salles de réunion associative : 100 places - 250 m2

- Appartement pour l’accueil des artistes en résidence - 250 m2

Espaces de diffusion artistique : 2000 m2

- Salle de musique actuelle : 800 places - 500m2

- Salle de théâtre : 400 places - 500 m2

- Salles de cinéma : 200 places - 500 m2

- Salle d’exposition permanente - 500 m2



A l'attention de Monsieur Jacques Peyrat, Maire de Nice
le 03 février 2006


Dans le cadre de la concertation concernant le projet d’aménagement de la halle Spada, nous tenons à vous faire part de notre opposition face à la décision de programmer la démolition de la moitié de la halle pour un projet de construction d’un auditorium de musique classique.

Cette décision prise sans concertation par Monsieur Lucien Pampaloni, Directeur Général des Services de la Ville de Nice, ne répond pas aux attentes des artistes, des acteurs culturels et du public niçois. La construction d’un auditorium pour l’orchestre philharmonique de Nice ne répond à aucune nécessité et semble l’effet d’une volonté particulière. Nous vous rappelons que la ville de Nice est propriétaire d’Acropolis qui dispose déjà d’un auditorium de 1500 places. Pourquoi l’orchestre philharmonique ne peut-il pas utiliser cet équipement ? D’autre part cette décision renforce une politique culturelle élitiste qui satisfait un nombre trop restreint de niçois et accentue les déséquilibres déjà présents dans le budget culturel de la ville de Nice. 40 % du budget culturel est déjà consacré au financement de la musique classique et de l’opéra.

Nous défendons une autre vision de notre avenir et d’autres possibilités d’aménagement pour la Halle Spada. Nous demandons la réhabilitation de ce patrimoine industriel et sa reconversion en friche artistique afin de répondre aux attentes de la culture vivante. Nous rassemblons dans ce projet les acteurs de la musique actuelle, les arts de la rue, les artistes plasticiens, les compagnies de théâtre et de danse, le secteur de l’audiovisuel et du cinéma, les arts numériques et le public, habitant des quartiers Est de Nice. Nous demandons l’ouverture d’une salle de spectacle, d’un espace d’exposition, d’une salle de concert pour les musiques actuelles, d’un cinéma de quartier, des ateliers, des salles et des studios de répétitions afin de poursuivre le projet artistique que nous développons depuis des années dans ce quartier.

L’aménagement de la Halle Spada est l’occasion de rassembler les artistes sur un projet innovant et ambitieux pour la ville de Nice. Sa démolition apporterait un coup d’arrêt à cette dynamique alors que le Maire de Nice candidate aujourd’hui au titre de cap tale culturelle européenne.
Nous vous remercions de l’attention que vous avez bien voulu porter à cette information.

Frédéric Alemany, Nicole Enouf, Thierry Hett,
Administrateurs de l’Entre-Pont