Accueil Creations production artistique Monade de la Cie Trans

15

Nov

2012

Monade de la Cie Trans
Résidences de Créations - Production Artistique

Il était une fois les MANCA 2012 ...


 

Laurence Marthouret et Patrick Marcland seraient heureux de votre présence à

Nice Festival Manca le 16 novembre 2012 

Deux représentations à la Villa Arson : 19:00 et 20:30

MONADE

Pour une danseuse et un dispositif visuel et musical interactif

Conception, chorégraphie et interprétation : Laurence Marthouret

Création musicale : Patrick Marcland

Scénographie : Barbara Kraft - Artiste visuel : Julien Piedpremier - Programmation numérique : Frédéric Alemany - Assistant son : Kenan Trevien

Production compagnie /Trans/, Coproduction : Centre National de Création Musicale Césaré Reims, Le Hublot- Espace Culture Multimédia Nice, Espace 1789 St Ouen. Concours et soutiens : Ministère de la culture et de la communication, Dicream, Centre de Création Numérique Le Cube-Art 3000, Association les Voûtes Paris 13ème et Entrepont de Nice.

Vidéo réalisée par le Hublot et la Cie Trans pendant la résidence de création en octobre 2011

Monade by Laurence Marthouret sur viméo

Cours régulier de danse contemporaine avec Laurence Marthouret au Hublot le samedi matin.

Ateliers ponctuels inscrivez vous à la mailing liste du Hublot à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Lien vers les ateliers de la compagnie



Monade s’inscrit dans une série, débutée en 1999, de cinq solos (No Step, Trans, Walk, Monade, Meltem). Chacun de ces solos aborde un état de corps particulier, une gestion de l’espace particulière, un rapport au temps défini, une contrainte particulière. Le processus de composition découle de ces choix prédéfinis au départ : choix d’espace, de temps, d’état de corps, de durée, de support visuel, et de propos.

Monade tente de développer la problématique de la place du corps, sa représentation, ses contraintes, ses limites, ce que l’on expose et ce que l’on cache : corps exposé, corps occulté.

L’interprète est seulement perçue à travers une structure translucide sur laquelle un vidéo projecteur zénithal projette des textures.

Le corps est emprisonné, perçu, aperçu, imaginé, transformé, disparaissant et surgissant par intermittence. Le danseur interagit, à l'aide du plancher sensible, avec la matière image qui vient l’envahir, le recouvrir partiellement, l'éclairer ou l'obscurcir, ainsi que sur le son de la bande préenregistrée et transformée en temps réel.

Le système interactif entre le son, l’image et la danse permet d’intensifier le travail de l’interprète, sa présence, sa densité physique.

La scénographie et l’environnement sonore ne sont pas dissociables de l’œuvre chorégraphique mais lui sont intrinsèquement liés.

Un univers particulier et sensible, organique et technologique, où s’impose l’importance de l’environnement dans la vie comme dans l’acte de création.

Conception, chorégraphie et interprétation : Laurence Marthouret
Création musicale : Patrick Marcland
Scénographie : Barbara Kraft
Artiste visuel : Julien Piedpremier
Programmation numérique : Frédéric Alemany
Durée : 31 minutes

Lien vers la compagnie Trans